Cet article sera plus court, mais c’était trop long pour être intégré aux autres, et j’ai pas envie que vous tombiez malade de dégoût en lisant mes articles !

La reprise du travail

Lorsque votre état de santé vous permet de nouveau de travailler… bah, vous pouvez retourner travailler !

Sur les arrêt maladie de courte durée, en général, vous ne retournez pas voir votre médecin : vous soignez votre gastro et au bout de 2-3 jours, vous retournez bosser.

Sur les arrêts de longue durée, en revanche, il y a une dernière visite, ne serait-ce que pour confirmer que votre état de santé vous permet bien la reprise. Vous reprenez et tout va bien… ou presque.

Si votre arrêt de travail a été inférieur à 30 jours, vous informez votre employeur de votre reprise et réintégrez votre poste de travail.

En revanche, si votre arrêt de travail a duré plus de 30 jours (ce qui finalement n’est pas si rare que ça), alors la procédure se complique car votre employeur doit, dans les 8 jours de votre reprise, vous faire passer une visite médicale.
Et notre système est ainsi fait que :

Vous voyez où je veux en venir ? Il est possible que les deux confrères ne soient pas d’accord ! Il arrive que votre état de santé vous permette d’exercer une activité professionnelle… mais pas la vôtre !

Nous allons donc voir les cas possible ci-dessous :

La reprise à temps complet

C’est le cas le plus courant : votre médecin décrète que votre état de santé vous permet de reprendre le travail à temps complet, vous informez votre employeur de votre retour et réintégrez votre poste de travail.

Dans les 8 jours de votre reprise, vous passez votre visite médicale de reprise et :

La reprise à temps partiel

Et là, c’est encore plus rigolo ! Oui car encore une fois, sur l’arrêt de travail, votre médecin traitant va préciser que votre état de santé ne vous permet qu’une reprise « à temps partiel pour motif thérapeutique »… mais nulle part n’est précisé le % du partiel. Et c’est normal, car c’est le médecin du travail qui va le décider justement.

Donc : si votre employeur n’arrive pas à vous obtenir une visite médicale de reprise le jour de votre reprise, il doit vous faire reprendre sans savoir exactement combien d’heures par jour, ce qui peut s’avérer un peu néfaste pour votre santé s’il « navigue à vue ». Mais après une conversation surréaliste avec notre médecin du travail, c’est bien la procédure. Quel est le risque ? De vous faire reprendre « trop fort » et provoquer un accident du travail. Mais en gros, on m’a fait comprendre que « c’est le jeu ma pauv’ Lucette » et que nous n’avons pas le choix.

Une solution éventuelle serait que vous preniez rendez-vous pour une visite de pré-reprise directement avec le médecin du travail, qui pourrait déjà guider un peu l’employeur (mais l’employeur devra tout de même vous faire passer la visite de reprise).

NB : c’est l’employé qui peut demander une visite de pré-reprise à la médecine du travail qui doit donc se passer avant la fin de l’arrêt ; l’employeur est responsable de prendre le rendez-vous de visite de reprise, dans les 8 jours suivant la reprise de l’employé.

Voilà pour la reprise. Dans l’article suivant, nous verrons la partie « paie » d’un arrêt de travail pour maladie :)